Saint Guiraud Imprimer

 

nd-la-noireBien que Saint Guiraud soit un petit village, perché sur sa colline qui domine la moyenne Vallée de l'Hérault, de nombreuses anecdotes seraient à raconter sur les siècles qui ont émaillé l'histoire de notre village.

 

Tout d'abord, pourquoi ce nom de "Saint Guiraud" ? La lecture des documents historiques nous apprend que le village tire son nom de Saint Géraud, Seigneur d'Aurillac (où il fonda une abbaye et qui mourut en 909). Ces faits sont avérés par la présence de la statue de ce Saint qui se trouve dans l'Eglise où Saint Géraud, en cotte de mailles, tient dans ses bras une abbaye.

 

La première mention de Saint Guiraud est faite lorsque Saint Fulcran (13ème évêque de Lodève) fait don de "notre" église à la Cathédrale de Lodève dans son testament en 988.

 

Les habitants de Saint Guiraud, alors peu nombreux à cette époque, étaient rattachés à l'église de Saint Saturnin.

 

Le monument le plus marquant, le plus ostentatoire de Saint Guiraud, est le calvaire qui se trouve à l'entrée du village et pour lequel nombreuses sont les personnes à se demander sa raison d'être. Pour cela, replongeons-nous dans l'histoire, deux siècles plus tôt.

 

En ce temps-là, M. Jean-François Sabatier (père) et Mme Octavie Sabatier (née Arnal), habitaient là où se trouve actuellement la résidence des propriétaires du restaurant Le Mimosa. Ils avaient deux enfants, Jean-François Marie et Marie-Louise Clémentine. Tous deux sont décédés à des intervalles de temps tristement proches.

 

Le premier, Jean-François (fils), qui était maire du village à cette époque, est mort le 15/07/1871 à l'âge de 28 ans (marié à Marie Montagne et père de deux enfants) et sa sœur le 24/08/1871, 1 mois plus tard (source : registre des décès de la Mairie).

 

Leurs dépouilles sont enterrées dans le cimetière de Saint Guiraud dans le caveau familial, tombé depuis dans l'oubli faute de descendance, mais leurs épitaphes (bien qu'erronées par rapport aux registres de la Mairie) sont encore lisibles à l'intérieur de celui-ci.

 

La famille était, vous vous en doutez, fort éprouvée et, pour recommander leurs jeunes âmes aux cieux, a fait construire ce monument au coin d'une vigne leur appartenant.

 

Les autres monuments qui trônent dans Saint Guiraud, tous deux indissociables à la fois du culte religieux et de leurs "interconnections", sont l'église et la chapelle de la Vierge Noire.

 

Au XIVème siècle, les Seigneurs de Lauzières sont nommés (des laïcs) et l'église devient alors église paroissiale.

 

En 1491, la chapelle est construite. Elle est nommée en ce temps "Notre Dame Joie et Consolation" par le Seigneur Anglesiam IV de Lauzières. Celle-ci est édifiée en bordure des remparts dont il ne subsiste plus aucun vestige à ce jour. La chapelle ne prendra son vocale de "Vierge Noire" qu'à partir du XVIIème siècle.